ÉTERNITÉ

ÉTERNITÉ

ÉTERNITÉ

Une durée indéfinie, un temps qui ne commence ni ne finit, n’est pas l’éternité. Selon les formules de Boèce, qui ont fait école, l’éternité est un présent qui se maintient stable, un permanent, un pur «maintenant»; pour qu’il y ait éternité, il ne suffit pas, assure Boèce, de parcourir successivement les parties d’une existence sans terme (ce que Platon et Aristote attribuent au monde), il faut embrasser une existence infinie tout entière également présente (ce qui est le privilège de la divinité). Ce genre de définition a l’inconvénient de laisser croire que l’on s’aventure à penser l’éternité par-delà le temps, comme si la conscience pouvait cesser d’être temporelle, même lorsqu’elle domine et juge le flux de la durée. C’est pourquoi de nombreux philosophes préfèrent n’envisager que la corrélation temps-éternité. Pour Louis Lavelle, par exemple, l’éternité est bien un éternel présent, un pur «maintenant», mais accessible par négation de ce qu’il y a de négatif dans le temps, sans que cette négation soit celle du temps lui-même. C’est à l’intérieur de la durée qu’on retrouve l’éternel présent, dont le temps n’est qu’une expression affaiblie, une expression qui ne va pas sans perte. La philosophie contemporaine est résolument temporaliste: c’est dans le devenir et dans l’histoire qu’elle engage toute dialectique; elle n’a que faire d’une éternité qui, pour elle, est tout entière mythique. On notera pourtant que le structuralisme, en exaltant la synchronie (le système), en tenant pour subordonnée la diachronie (l’évolution), restaure implicitement, comme tous les logicismes, le primat d’une certaine éternité, au sens de vérité anhistorique. Aussi bien le couple conceptuel temps-éternité, que d’aucuns estiment démodé, marque-t-il la double polarité qui commande les oscillations de grandes doctrines.

éternité [ etɛrnite ] n. f.
XIIe; lat. æternitas, de æternus éternel
I(Pris absolt)
1Durée qui n'a ni commencement ni fin, qui échappe à toute détermination chronologique (surtout dans un contexte religieux). Il songeait « à l'éternité future, étrange mystère; à l'éternité passée, mystère plus étrange encore » (Hugo). « Quelle liberté peut exister au sens plein, sans assurance d'éternité ? » (Camus).
2Durée ayant un commencement, mais point de fin; relig. La vie future. immortalité. Songez à vous préparer pour l'éternité. « Bientôt mes yeux aussi se fermeront pour l'éternité » (France). Gloire immortelle. Entrer dans l'éternité.
3Par exagér. Un temps fort long. Cela a duré une éternité. Cela fait une éternité que je ne l'ai pas vu. (Plur. emphatique) Il y a des éternités que tu m'as promis de le faire.
4 ♦ DE TOUTE ÉTERNITÉ : depuis toujours, de temps immémorial. ⇒ éternellement (cf. De tout temps). De toute éternité, les hommes ont cru à une vie après la mort (cf. Depuis que le monde est monde).
IIDidact. Caractère éternel. L'éternité de Dieu. L'éternité d'une vérité. « soit que j'aie admis ou rejeté l'éternité de la matière » (Voltaire). ⊗ CONTR. Brièveté.

éternité nom féminin (latin aeternitas, -atis) Qualité de ce qui est éternel : L'éternité de l'âme. Durée sans commencement ni fin. Temps très long : Je t'attends depuis une éternité. Vie, bonheur sans fin de l'au-delà, réservés aux justes. Littéraire. Immortalité assurée par la gloire : Rêver d'entrer dans l'éternité.éternité (citations) nom féminin (latin aeternitas, -atis) Charles Baudelaire Paris 1821-Paris 1867 Car c'est enfin, Seigneur, le meilleur témoignage Que nous puissions donner de notre dignité, Que cet ardent sanglot qui roule d'âge en âge Et vient mourir au bord de votre éternité ! Les Fleurs du Mal, les Phares Jacques Bénigne Bossuet Dijon 1627-Paris 1704 […] Le temps peut être en quelque sorte dans l'éternité. Oraison funèbre de Mme de Monterby Louis Bourdaloue Bourges 1632-Paris 1704 Il n'est rien de plus précieux que le temps, puisque c'est le prix de l'éternité. Sermon sur la perte de temps Louis Bourdaloue Bourges 1632-Paris 1704 […] Ce jour présent est le seul point de l'éternité auquel vous ayez droit. Sermon sur le retardement de la pénitence René Char L'Isle-sur-la-Sorgue, Vaucluse, 1907-Paris 1988 L'éternité n'est guère plus longue que la vie. Feuillets d'Hypnos Gallimard Jean Cocteau Maisons-Laffitte 1889-Milly-la-Forêt 1963 Académie française, 1955 Le temps des hommes est de l'éternité pliée. La Machine infernale Grasset Auguste Comte Montpellier 1798-Paris 1857 Les anges n'ont pas de sexe, puisqu'ils sont éternels. Catéchisme positiviste Denis Diderot Langres 1713-Paris 1784 Je marche entre deux éternités. Salon de 1767 Paul Fort Reims 1872-Argenlieu, près de Montlhéry, Essonne, 1960 Hélas ! rien d'éternel sinon l'éternité. Ballades françaises, Vivre en Dieu Flammarion Pierre Fournier, dit Pierre Gascar Paris 1916-Lons-le-Saunier 1997 Il y a, en nous, une part d'éternité dépendant de l'ombre. L'Arche Gallimard André Gide Paris 1869-Paris 1951 Je sais à présent goûter la quiète éternité dans l'instant. Les Nouvelles Nourritures Gallimard Victor Hugo Besançon 1802-Paris 1885 Je tâte dans la nuit ce mur, l'éternité. La Fin de Satan Alphonse de Prât de Lamartine Mâcon 1790-Paris 1869 Tu n'as qu'un jour pour être juste, J'ai l'éternité devant moi ! Premières Méditations poétiques, la Providence à l'homme Julien Offray de La Mettrie Saint-Malo 1709-Berlin 1751 Il est égal […] pour notre repos, que la matière soit éternelle ou qu'elle ait été créée, qu'il y ait un Dieu ou qu'il n'y en ait pas. L'Homme machine Maurice Maeterlinck Gand 1862-Nice 1949 Ne cultivons pas notre peine, L'Éternité s'en chargera […]. Treize Chansons de l'âge mûr Fasquelle Stéphane Mallarmé Paris 1842-Valvins, Seine-et-Marne, 1898 Tel qu'en Lui-même enfin l'éternité le change […]. Poésies, Hommages et tombeaux, le Tombeau d'Edgar Poe André Maurois Elbeuf 1885-Neuilly 1967 Académie française, 1938 La mort […] ne peut être pensée puisqu'elle est absence de pensée. Il faut donc vivre comme si nous étions éternels. Ce que je crois Grasset Oscar Vladislas de Lubicz-Milosz, dit O. V. de L. Milosz Tchereïa, Lituanie, 1877-Fontainebleau 1939 […] l'éternité, qu'est-elle donc, sinon le premier instant sans fin d'un premier amour ? Les Arcanes, la Relation du Beth à l'Aleph Teillon Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière Paris 1622-Paris 1673 On ne meurt qu'une fois, et c'est pour si longtemps ! Le Dépit amoureux, V, 3, Mascarille Henri Petit 1900-1978 L'amour, cette absence de mémoire, ne retient de nous que notre éternité. Ordonne ton amour Grasset Jean Racine La Ferté-Milon 1639-Paris 1699 Que l'on célèbre ses ouvrages Au-delà des temps et des âges, Au-delà de l'éternité ! Esther, III, 9, le chœur Charles-Ferdinand Ramuz Lausanne 1878-Pully, près de Lausanne, 1947 Il faut bien voir enfin qu'on n'aime que dans l'éternité, c'est pourquoi il faut prendre soin de se conduire en toute chose comme si ce qu'on fait devait être éternel. Taille de l'homme Mermod Arthur Rimbaud Charleville 1854-Marseille 1891 Elle est retrouvée. Quoi ? — L'Éternité. C'est la mer allée Avec le soleil. Derniers Vers, l'Éternité Jean-Baptiste Rousseau Paris 1671-Bruxelles 1741 Le Temps, cette image mobile De l'immobile éternité. Odes, III, 2 Antoine de Saint-Exupéry Lyon 1900-disparu en mission aérienne en 1944 N'espère rien de l'homme s'il travaille pour sa propre vie et non pour son éternité. Citadelle Gallimard Tristan Tzara Moineşti, Roumanie, 1896-Paris 1963 J'ai caressé l'éternité j'ai cru en elle et dans le vif silence de ta vigne j'ai enterré le souvenir et l'amertume. Le Signe de vie Bordas Baruch Spinoza Amsterdam 1632-La Haye 1677 L'âme humaine ne peut pas être absolument détruite avec le corps, mais il en demeure quelque chose qui est éternel. Mens humana non potest cum Corpore absolute destrui, sed ejus aliquid remanet, quod aeternum est. L'Éthique, Livre V Mélissos de Samos Samos milieu du Ve s. avant J.-C. Ce qui était, était de toute éternité et sera de toute éternité. De la nature (traduction J. Zafiropulo) Chamsoddin Mohammed Hafez ou Chams al-Din Muhammad Hafiz probablement Chiraz vers 1325-probablement Chiraz vers 1390 Si, comme Alexandre, tu prétends à la vie éternelle, cherche-la sur les lèvres roses de cette ravissante beauté. Ghazals, XIII Dezső Kosztolányi Szabadka, aujourd'hui Subotica, 1885-Budapest 1936 Je prends ce que je peux prendre d'éternité. Les Plaintes du pauvre petit enfant Friedrich, baron von Hardenberg, dit Novalis Wiederstedt, près de Hettstedt, Saxe, 1772-Weissenfels 1801 La lumière a son temps qui lui est mesuré, Mais le règne de la nuit Ne connaît ni temps ni espace, Le sommeil a pour lui toute l'éternité ! Zugemessen ward dem Lichte seine Zeit ; aber zeitlos und raumlos ist der Nacht Herrschaft. — Ewig ist die Dauer des Schlafs. Hymnes à la nuit John Ruskin Londres 1819-Brantwood, Cumberland, 1900 Lorsque nous bâtissons, pensons que nous bâtissons pour toujours. When we build, let us think that we build for ever. Les Sept Lampes de l'architecture, V, 10 Henry David Thoreau Concord, Massachusetts, 1817-Concord, Massachusetts, 1862 Comme si l'on pouvait tuer le temps sans insulter à l'éternité. As if you could kill time, without injuring eternity. Walden, Economyéternité (expressions) nom féminin (latin aeternitas, -atis) De toute éternité, de temps immémorial. ● éternité (synonymes) nom féminin (latin aeternitas, -atis) Qualité de ce qui est éternel
Synonymes :
- immortalité

éternité
n. f.
d1./d Durée sans commencement ni fin. Le temps se perd dans l'éternité.
d2./d Durée sans fin, ayant eu un commencement.
Songer à l'éternité, à la vie éternelle, à l'au-delà.
d3./d Fig. Temps très long.
De toute éternité: depuis toujours.
Fam. Il y a une éternité que...: il y a longtemps que...
d4./d Caractère de ce qui est éternel, immuable. L'éternité de ces vérités.

⇒ÉTERNITÉ, subst. fém.
A.— 1. Ce qui n'a ni commencement ni fin. L'immobile éternité, incompréhensible comme l'éternité. Dieu est de toute éternité (Ac.). Ils croyaient [les mages], dit Chardin, à l'éternité d'un premier être, qui est la « lumière » (DUPUIS, Orig. cultes, 1796, p. 318). En chinois l'idée d'éternité est exprimée par le caractère « eau » avec un point au-dessus (CLAUDEL, Art poét., 1907, p. 194) :
1. Éternité de l'essence pensante. (...) les vérités « immortelles » sont soustraites au devenir : elles voudraient mourir qu'elles ne le pourraient pas! Leur éternité est donc toute positive.
JANKÉL., La Mort, Paris, Flammarion, 1966, p. 355.
2. Durée qui a un commencement, mais pas de fin. Dieu existe, la mort vient, l'éternité va commencer (FLAUB., Tentation, 1849, p. 334). Il ne faudra pas moins que l'éternité pour admirer la beauté absolue, indicible des choses (BLOY, Journal, 1903, p. 169) :
2. ... je ne demandais rien de plus à Dieu, s'il existe un paradis, que d'y pouvoir frapper contre cette cloison les trois petits coups que ma grand'mère reconnaîtrait entre mille, (...) et qu'il me laissât rester avec elle toute l'éternité, qui ne serait pas trop longue pour nous deux.
PROUST, Sodome, 1922, p. 763.
En partic. La vie future. Éternité bienheureuse, malheureuse; une éternité de béatitude. Sortez du temps, entrez d'avance dans cette éternité que vous devez habiter un jour (LAMENNAIS, Lettres Cottu, 1822, p. 127). C'est le bien-être de la tombe où je vais goûter l'éternité avec tout ce que j'ai de meilleur (BARRÈS, Cahiers, t. 1, 1896-98, p. 51) :
3. Pour lui, le dilemme de Pascal n'existait plus. Il écrivait : « À miser sur l'éternité, de toute façon je gagne, puisque je m'assure dans le renoncement le seul bonheur terrestre possible... »
VAN DER MEERSCH, Invas. 14, 1935, p. 298.
Expr. Être sur le rivage, sur le seuil, au bord de l'éternité. Être sur le point de mourir. Ici c'est une chose plus sublime, c'est le mourant qui parle de la mort. Aux portes de l'éternité, il la doit mieux connaître qu'un autre (CHATEAUBR., Génie, t. 2, 1803, p. 395).
P. ext. Gloire durable dévolue à un héros, un chef, un grand artiste, etc. Entrer dans l'éternité. Synon. immortalité.
3. P. hyperb. Temps très long. Il y a une éternité que je vous attends. Cette maison durera une éternité (BESCH. 1845). C'est vrai, Odette, il y a des siècles, des éternités que je ne vous ai vue (PROUST, J. filles en fleurs, 1918, p. 597) :
4. Ce petit mot, mis à la poste tout simplement, vous arrivera vite. À Berlin, l'éternité se passait avant que l'on reçut des nouvelles de ses amis.
CHATEAUBR., Corresp., t. 3, 1822, pp. 3-4.
Loc. De toute éternité. De temps immémorial. Cela est là de toute éternité (Ac.). Gérard, persuadé que s'unissent dans l'amour des êtres promis l'un à l'autre de toute éternité... (DURRY, Nerval, 1956, p. 122).
B.— 1. Qualité de ce qui est éternel. L'éternité de l'âme, de Dieu. Platon démontre l'éternité de l'être, et, par conséquent, notre immortalité (P. LEROUX, Humanité, t. 2, 1840, p. 349) :
5. ... qui parle mieux à l'âme d'éternité que le flot sans cesse recommencé, que l'océan inlassable, dont chaque vague succède à la précédente, sans début ni fin?
HUYGHE, Dialog. avec visible, 1955, p. 33.
2. Expérience subjective de cette qualité dans le temps. L'éternité dans l'instant, une minute d'éternité. Elle est retrouvée. Quoi? — L'éternité. C'est la mer allée Avec le soleil (RIMBAUD, Dern. vers, 1872, p. 160). Cette divine éternité d'un quart d'heure qui s'appelle la « Ballade en fa dièse » de Gabriel Fauré (JANKÉL., Je-ne-sais-quoi, 1957, p. 44) :
6. L'éternité a duré une minute. Un autre courant d'idées vous emporte (...). On vit plusieurs vies d'homme en l'espace d'une heure.
BAUDEL., Paradis artif., 1860, p. 338.
Rem. On rencontre ds la docum. a) Éternalisme, subst. masc. Attitude morale qui pose la réalité de l'éternité. Une voie du milieu (...) avait été préconisée par le buddha de la tradition entre les extrêmes soit éthiques, ascétisme et hédonisme, soit philosophiques, éternalisme et nihilisme (Philos., Relig., 1957, p. 5215). b) Éternisme, subst. masc. ,,Idée d'un instant infini, ayant une valeur d'éternité`` (J. GUITTON, Essai sur l'amour humain, 1938, p. 66, cité par RHEIMS 1969). Une perpétuelle négation du présent n'introduit pas non plus l'éternité dans le temps, comme le feint l'« éternisme morose » (MOUNIER, Traité caract., 1946, p. 321). c) Éternitaire, adj. Qui a le caractère permanent, intemporel d'une essence éternelle. La vocation éternitaire de la pensée est ainsi brutalement démentie par la mort du penseur (JANKÉL., op. cit., p. 376).
Prononc. et Orth. :[]. Noter une différence quant au timbre de la seconde voyelle entre FÉR. 1768 et FÉR. Crit. t. 2 1787 : ,,è moyen``, ,,ê ouvert``. Même observation en ce qui concerne éternel, éternellement, éterniser. Enq. : //. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Ca 1175 eternitez (B. DE STE-MAURE, Ducs Normandie, éd. C. Fahlin, 26103). Empr. au lat. class. aeternitas, -atis, de même sens. Fréq. abs. littér. :2 821. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 4 325, b) 3 230; XXe s. : a) 4 127, b) 4 092. Bbg. DARM. Vie 1932, p. 47.

éternité [etɛʀnite] n. f.
ÉTYM. V. 1175, éternitez; lat. æternitas « éternité », de æternus. → Éternel.
———
I (En emploi absolu).
1 Durée qui n'a ni commencement ni fin, qui échappe à toute détermination chronologique (surtout dans un contexte religieux). → Durée, cit. 2. || La notion de Dieu implique l'éternité. || L'idée de l'éternité est innée dans la conscience humaine. || De toute éternité : immémorialement. || Dieu en a voulu ainsi de toute éternité.
1 Ô grande Éternité, éternels sont tes faits ! (…)
Tu es toute dans toi, ta partie et ton tout,
Sans nul commencement, sans milieu, ni sans bout,
Invincible, immuable, entière et toute ronde,
N'ayant partie en toi qui en toi ne réponde,
Toute commencement, toute fin, tout milieu,
Sans tenir aucun lieu, de toutes choses lieu (…)
Ronsard, Hymnes, I, « De l'éternité ».
2 Vous avez vu clair et dans la vanité de toutes les choses humaines et dans les grandes vérités de l'éternité.
Massillon, Carême, Inconstance, in Littré.
3 (…) nous voyons que son heure était marquée de toute éternité (…)
Mme de Sévigné, 635, 10 août 1677.
4 Le temps, cette image mobile
De l'immobile éternité.
J.-B. Rousseau, Odes, III, II, « À M. le Prince de Savoie ».
5 La notion de l'infini nous arrive du monde extérieur; la notion de l'éternité se dégage pour nous du monde intérieur.
Hugo, Post-scriptum de ma vie, De la vie et de la mort.
6 Il songeait à la grandeur et à la présence de Dieu : à l'éternité future, étrange mystère; à l'éternité passée, mystère plus étrange encore; à tous les infinis qui s'enfonçaient sous ses yeux dans tous les sens; et, sans chercher à comprendre l'incompréhensible, il le regardait.
Hugo, les Misérables, I, I, XIII.
6.1 L'éternité m'apparaît sous la figure d'un éther immobile, et qui par suite n'est pas lumineux. J'appellerai circulaire mobile et périssable l'éther lumineux. Et je déduis d'Aristote (Traité du ciel) qu'il sied d'écrire ÉTHERNITÉ.
A. Jarry, Gestes et Opinions du docteur Faustroll, Pl., p. 726.
7 Des millions d'ancêtres viendront témoigner à la barre de l'éternité qu'ils nous ont transmis des inclinations qu'eux-mêmes avaient reçues de leurs pères.
F. Mauriac, Souffrances et bonheur du chrétien, p. 60.
8 Quelle liberté peut exister au sens plein, sans assurance d'éternité ?
Camus, le Mythe de Sisyphe, p. 81.
2 (1647). Durée ayant un commencement, mais point de fin.(1688). Relig. La vie future. || Songez à vous préparer pour l'éternité. || L'Éternité bienheureuse. || L'Éternité malheureuse. — ☑ Loc. (relig. ou littér.). Être au bord, au seuil de l'éternité.Être sur le rivage de l'éternité.
9 (…) j'ai trouvé mon pauvre Saint-Aubin trop près du grand voyage de l'éternité.
Mme de Sévigné, 1088, 15 nov. 1688.
10 L'infinie bonté que j'ai rencontrée en ce monde m'inspire la conviction que l'éternité est remplie par une bonté non moindre, en qui j'ai une confiance absolue.
Renan, Souvenirs d'enfance…, VI, V.
11 Bientôt mes yeux aussi se fermeront pour l'éternité, sans que j'en aie appris beaucoup plus que toi (un petit chien) sur la vie et la mort.
France, le Petit Pierre, XIV.
(XVIIe). Mémoire, gloire immortelle. || Entrer dans l'éternité (par une œuvre), dans l'immortalité.
12 Certes, il est beau de rêver l'éternité, mais il suffit à l'honnête homme d'avoir passé en faisant son œuvre.
Zola, Discours à la jeunesse, « Écho de la Semaine » du 28 mai 1893.
(1646). Durée illimitée (→ Accumuler, cit. 4; bâtir, cit. 35) dans l'avenir.
13 L'éternité n'est point dans vos apothéoses;
Et Dieu ne l'a donnée à rien, pas même aux roses.
Hugo, la Légende des siècles, XX, III.
14 L'artiste connaît l'éternelle illusion; et il fait semblant de compter sans elle. Il s'enivre de cette feinte surhumaine; il construit pour l'éternité des demeures qu'il sait lui-même faites de fumée, et fondées sur le rêve. L'art est tout humain; et la science est inhumaine.
André Suarès, Trois hommes, « Ibsen », III.
3 Un temps fort long. || Cela a duré une éternité. || Cette heure d'attente m'a paru une éternité. || Il y a une éternité que je ne l'ai vu.(Plur. emphatique). || Il y a des éternités que tu m'as promis de le faire.
15 Ah ! combien ces moments de quoi vous me flattez
Alors pour mon supplice auraient d'éternités !
Corneille, Héraclius, III, 1.
16 Ces sortes de petits procès dans un lieu où l'on n'a rien autre chose dans la tête, font une éternité d'éclaircissements qui font mourir d'ennui.
Mme de Sévigné, 143, 11 mars 1671.
17 La fièvre s'éveillait en lui, des gens qui l'ont échappé belle et entrevoient des éternités de vie pour avoir coudoyé la mort d'un peu près.
Courteline, Messieurs les ronds-de-cuir, 6e tableau, II.
17.1 Le syndicat vient de décider la grève… Pas beaucoup de commandes en ce moment, le père Morel n'est pas prêt de céder… ça peut durer des éternités comme en 1947, quand on est resté neuf semaines en grève (…)
Roger Vailland, 325 000 francs, p. 193.
4 De toute éternité : depuis toujours, de temps immémorial. || De toute éternité les enfants ont pensé mieux faire que leurs parents. → Depuis que le monde est monde.
———
II Qualité de ce qui est éternel. || L'éternité de…
1 (Hors du temps). || L'éternité de Dieu. || L'éternité d'une vérité. Philos. || Éternité du monde, de la matière.
18 (…) soit que j'aie admis ou rejeté l'éternité de la matière, je ne peux rejeter l'existence éternelle de son artisan suprême (…)
Voltaire, le Philosophe ignorant, XVI.
2 (De tout temps). || L'éternité des saisons, de l'amour, d'un problème humain.
3 (Sans fin). || L'éternité de la damnation. || Ils croient à l'éternité de leur amour.
Par exagér. (en parlant de qqch. qu'on désespère de voir finir). || L'éternité d'une souffrance, d'un mal.
CONTR. Brièveté.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Eternite — Éternité  Pour l’article homonyme, voir Éternité (roman).  L éternité est un état censé être indépendant du temps et n’avoir donc ni commencement, ni fin. Sommaire 1 L’éternité dans le langage courant …   Wikipédia en Français

  • eternité — Eternité. s. f. Durée qui n a ny commencement ny fin. Eternité increée. Dieu est de toute eternité. Il se dit aussi d Une durée qui a un commencement, & n a point de fin. Cela demeurera à toute eternité. Il se dit aussi de l heureux ou malheureux …   Dictionnaire de l'Académie française

  • eternité — Eternité. Horsmis l eternité, Dempta aeternitate …   Thresor de la langue françoyse

  • éternité — (é tèr ni té) s. f. 1°   Durée qui n a ni commencement ni fin. Dieu est de toute éternité. •   Je vois ces effroyables espaces de l univers qui m enferment, et je me trouve attaché à un coin de cette vaste étendue, sans que je sache pourquoi je… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Éternité —  Pour l’article homonyme, voir Éternité (roman).  L éternité est un état censé être indépendant du temps et n’avoir donc ni début, ni fin. Sommaire 1 L’éternité dans le langage courant 2 …   Wikipédia en Français

  • ÉTERNITÉ — s. f. Durée qui n a ni commencement ni fin. L éternité de Dieu. Dieu est de toute éternité. Le temps n est qu une partie de l éternité.   Il se dit aussi d Une durée qui a un commencement, mais qui n aura point de fin ; et alors on l emploie… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ÉTERNITÉ — n. f. Durée qui n’a ni commencement ni fin. L’éternité de Dieu. Dieu est de toute éternité. Le temps n’est qu’une partie de l’éternité. Il se dit aussi d’une Durée qui a un commencement, mais qui n’aura point de fin. L’Empire romain s’était… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • ÉTERNITÉ —     J admirais, dans ma jeunesse, tous les raisonnements de Samuel Clarke; j aimais sa personne, quoiqu il fût un arien déterminé ainsi que Newton, et j aime encore sa mémoire parce qu il était bon homme; mais le cachet de ses idées, qu il avait… …   Dictionnaire philosophique de Voltaire

  • Eternité —          MITTERRAND (François)     Bio express : Homme d État français (1916 1996)     «On crée pour l éternité même si elle se charge de démentir.»     Source : Discours, entretiens et autres sources     Mot(s) clé(s) : Créer Eternité Postérité …   Dictionnaire des citations politiques

  • éternité — nf. ÉTARNITÂ (Aix, Albanais.001b, Saxel), étêrnitâ (001a, Arvillard). A1) une éternité, un temps très long, très longtemps : on n étarnitâ ladv. (001). Fra. Il y a très longtemps qu on ne s est pas vu : é fâ on n étarnitâ k on s pâ vyu (001) …   Dictionnaire Français-Savoyard

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.